Abrégé de doctrine



Abrégé de la doctrine
de l'Eglise Catholique Libérale

L'Eglise Catholique Libérale enseigne l'existence d'un corps de doctrine et d'expérience mystique commun à toutes les grandes religions du monde et dont la possession exclusive ne peut être revendiquée par aucune d'entr'elles. Se plaçant dans l'orbite de la Chrétienté et se considérant comme une Eglise authentiquement chrétienne, elle reconnait que les autres grandes religions du monde sont d'inspiration divine et procèdent d'une source commune, bien que diverses religions insistent sur des aspects différents de l'enseignement divin, et peuvent même parfois temporairement en déformer le caractère au-delà de toute reconnaissance. Ces enseignements, comme les faits naturels, reposent sur leur mérite propre. Ensembles, ceux-ci forment la véritable foi Catholique, car ils sont l'expression des principes universels de la nature.

L'Abrégé de la Doctrine qui suit est la déclaration concise de ce que les Evêques de l'Eglise, depuis son origine, ont reconnu unanimement comme les principes universels de la nature, qui, bien qu'ils ne soient pas détaillés, forment la seule base de l'univers rationel, la création ou l'émanation de la Déité universelle qui est la source et la personification de l'amour, de la Loi Immuable et de la Vie Eternelle.

Bien que les Evêques, qui pensent avoir été chargés par le Seigneur de la conduite de cette nouvelle Réforme de Son Eglise, croient que cette Doctrine soit la Vérité Eternelle et que chaque homme devrait les accepter et finalement les acceptera et vivra en accord avec elle, ils n'exigent de personne d'en accepter aucun de ses points comme condition d'entrée dans leur communauté ou leur communion; cependant, comme indiqué dans le paragraphe final, les candidats à la prêtrise qui deviendront les chefs de l'Eglise seront choisis uniquement parmi ces hommes qui ont déjà , selon leur propre intuition, accepté cette doctrine, comme étant vraie dans un sens général, et qui sont capables de les enseigner honnêtement à ceux qui cherchent la Vérité.

De même que l'Eglise Catholique Libérale acceuille parmi ses membres tous ceux qui cherchent la vérité, elle n'exige d'aucun d'entre eux l'acceptation de cet Abrégé de la Doctrine, cependant cette déclaration doit être considérée comme incorporant la contribution particulière de l'Eglise Catholique Libérale à la pensée Chrétienne, et les Evêques de cette église sont prËts à n'accepter comme candidats aux Ordres, que ceux qui sont en accord général avec la doctrine exposée ici.



1. Dieu est, infini, éternel, transcendant et immanent. Il est l'existence une, dont dérivent toutes les autres existences. "En Lui, nous vivons, nous nous mouvons et avons notre être". (Actes XVII,28).

2. Dieu est manifesté dans l'univers sous un triple aspect appelé dans la religion chrétienne : la Trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit ; trois personnes en un seul Dieu, pareillement égaux et pareillement éternels, le Fils « seul né' »du Père, l'Esprit procédant du Père et du Fils. Le Père, source de tout ; le Fils, « le Verbe incarné et résidant parmi nous » ; le Saint-Esprit, le donneur de vie, l'inspirateur et le sanctificateur.

3. L'être humain, fait à l'image de Dieu, est lui-même d'essence divine - une étincelle du feu divin. Partageant la nature de l'Eternité divine, il ne peut donc cesser d'exister, et pour cette raison est éternel et son futur comporte une gloire et une splendeur sans limite.

4. Le Christ vit éternellement comme une présence spirituelle puissante dans le monde, guidant et soutenant son peuple. La divinité qui a été manifestée en Lui se développe graduellement dans chaque être humain, jusqu'à ce que celui-ci soit devenu « un homme parfait, à la mesure de la plénitude de la stature du Christ » (Eph. IV. 13).

5. Le monde est le lieu de manifestation d'un plan ordonné, selon lequel l'esprit de l'être humain, s'exprimant dans différentes conditions de vie et d'expérience, et y développe continuellement ses pouvoirs. Cette évolution spirituelle s'effectue sous la loi inviolable de cause et d'effet. 'L'homme récolte ce qu'il a semé'. (Gal. VI. 7). Ses actes, dans chaque incarnation physique déterminent largement son expérience après la mort dans le monde intermédiaire (un monde de purgation) et dans le monde céleste. Ils ont une grande influence sur les circonstances de son existence suivante. L'être humain est un chaînon dans la vaste chaîne de vie qui s'étend du plus élevé au plus bas. Il reçoit le 'don gratuit de la grâce' dans la mesure même de l'aide qu'il apporte à ceux qui sont situés plus bas que lui dans l'échelle des vies. Une 'communion des saints' exite ainsi que 'des hommes justes devenus parfaits' ou de saints êtres, qui aident l'humanité. Il exite aussi un ministère des anges.

6. L'être humain a des devoirs d'éthique envers lui-même et envers autres, 'Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Ceci est le premier et le plus grand commandement, et le second lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Ceci résume toute la loi et les prophètes'. (Matt. XXII, 37-40).Il appatrient aux devoirs de l'être humain d'apprendre à discerner en lui-même et dans les autres la lumière 'qui éclaire chaque homme' (Jean I,9). Parce que les êtres humains sont les enfants de Dieu, ils sont frères et donc liés les uns aux autres d'une manière inséparable. Ce qui blesse l'un d'eux, blesse aussi toute leur fraternité. L'être humain a également des devoirs envers Dieu, qui réside en lui-même et dans les autres: d'abord, il doit essayer constamment de vivre ce qu'il y a de plus élevé en lui, permettant à Dieu, qui réside en lui, de se manifester d'une manière de plus en plus parfaite, et ensuite, de reconnaître l'existence de cette fraternité par des efforts constants vers l'altruisme, l'amour, la considération et le service de tous les êtres humains. Le service de l'humanité et le sacrifice du soi inférieur au supérieur sont les lois de la croissance spirituelle.

7. Le Christ a institué divers sacrements par lesquels 'une grâce intérieure et spirituelle' nous est donnée par 'un signe extérieur et visible'. Sept de ces rites existent, qui peuvent être considérés comme des sacrements: le Baptême, la Confirmation, la Sainte Eucharistie, l'Absolution, la Sainte Onction, le Saint Mariage, les Saints Ordres.La doctrine de ces sacrements est exposée dans la liturgie autorisée de l'Eglise Catholique Libérale. Le Christ est le chef vivant de l'Eglise et le véritable ministre de tous les sacrements.






Message de Pâques 2017.

En ce jour de Pâques, nous sommes invités à revenir au cœur de la foi, à son fondement qui est la résurrection du Seigneur. La fo...